Les 6 règles d’or pour (bien) négocier le prix d’une voiture neuve

Les 6 règles d’or pour (bien) négocier le prix d’une voiture neuve
En Belgique, la maxime dit que si un concessionnaire vous vend une voiture au prix catalogue, il sable le champagne dès que vous aurez franchi la porte de sa concession. L’usage voudrait qu’une remise de l’ordre de 5% soit une base minimale. Mais communément, la ristourne oscille davantage entre 8 et 15%. Vous pourrez même obtenir mieux en suivant quelques règles de base. Déterminez le budget que vous souhaitez consacrer à cet achat et tenez-vous à ce budget. Entrons dans le vif du sujet, voici les 6 règles d’or du fin négociateur.

 

notre vidéo test d’une négociation en caméra cachée :

 


Comparer, c’est déjà gagner

 

Le premier conseil est le plus précieux. Faire jouer la concurrence entre les marques et même entre différents revendeurs de la même marque. C’est l’atout majeur de l’acheteur malin. Comparez le prix de votre modèle préféré chez plusieurs concessionnaires et retournez voir les moins génére ux, en lui montrant bien les offres les plus généreuses. Pour faciliter ce processus, rendez-vous si possible dans une grande agglomération. Attention que toutes les enseignes n’ont pas la même politique en matière de rabais, vous le comprendrez assez vite, tirez-en vite les conclusions qui s’imposent. Ne laissez pas trop transparaître que le modèle que le vendeur vous propose est celui qui vous plait le plus, donnez l’impression qu’un autre modèle remporte votre préférence. Ne sautez pas sur sa première proposition et n’achetez jamais lors de votre première visite. Si après plusieurs visites, votre vendeur dispose encore d’une petite marge de manœuvre, il fera un dernier geste. Si vous avez les moyens de regarder les offres à l’étranger, jetez-y également un œil.

 

Attentions aux fausses remises

 

L’autoradio ou le tapis de sol ne sont pas de bons gains. Ces gadgets ne sont que là pour mieux vous faire avaler la pilule. Il en va de même pour le moyen de financement du véhicule. Avant de signer pour accord, vérifiez quand-même que votre banque vous ne propose pas mieux. Certains vendeurs offrent des crédits à “0% TAEG”, en acceptant ce type d’offre, vous ne recevrez dès lors aucune ristourne. Informez-vous bien des réductions possibles avec et sans crédit et méditez à tête reposée sur les possibilités qui se présentent. Prenez également en compte que vous allez probablement laisser faire les entretiens et réparations là où vous avez acheté votre automobile. Dernier point, toute offre intéressante pour vous doit être écrite, il n’est pas de parole qui tienne dans le domaine.

 

N’abordez pas de suite la reprise de votre ancien véhicule

 

Ne parlez pas de la reprise de votre ancienne voiture. Si votre voiture entre dans la négociation avant d’avoir obtenu la ristourne, cette donnée du problème peut vite jouer en votre défaveur. Attendez d’avoir une offre claire avant d’entamer la deuxième salve de négociations, qui concerne votre ancien véhicule. D’abord le nouveau et puis l’ancien, dans cet ordre uniquement.

 

 

Ne soyez pas pataud, laissez le vendeur proposer

 

Négocier est aussi un jeu, et les vendeurs le connaissent mieux que vous. Mais certaines règles tacites de bonne conduite doivent être respectées. Ne réclamez pas directement de substantiels rabais, cela pourrait être mal perçu, laissez au vendeur l’initiative de l’offre, cela fait partie de son rôle. On le répète la première offre n’est jamais définitive, ne vous en contentez pas. Le concessionnaire en garde sous la pédale. Prenez le temps, cela jouera en votre faveur. Si, à un moment donné le vendeur ne baisse plus, c’est qu’il a atteint sa limite.

 

N’espérez pas grand-chose sur les modèles trop récents

 

En clair, évitez les nouveautés. Plus un modèle est récent, moins les concessionnaires sont enclins à baisser le prix. L’inverse vaut évidemment tout autant, plus un modèle se rapproche de la fin de son cycle de construction, plus le rabais sera important. Privilégier donc les voitures de stock. Vous pourrez réaliser des économies tutoyant les milliers d’euros. SI vous ne tenez pas à choisir le moindre détail de votre futur véhicule, les voitures de stock sont clairement les meilleures options pour vous comme pour le concessionnaire, il vous fera de fait de meilleures propositions. Autre plus, la voiture est généralement disponible de suite ou, en tout cas, sous peu.

 

La fin d’année fleure bon les bonnes affaires

 

De décembre à février, voilà les meilleures périodes négocier une nouvelle voiture. Primo, le Salon est une période propice aux promotions. Les concessions mettront plus facilement des options et primes dans l’offre de base. Le salon de l’auto se tient en janvier mais les conditions salon durent, elles, jusqu’au mois de février voire début mars. Ce n’est cependant pas forcément l’unique moment pour obtenir un bon prix. Les fins d’année sont aussi synonymes d’affaires intéressantes. Les commerciaux ont des objectifs à atteindre à ces périodes (les importateurs fixent des quotas, primes à la clé) et ils diminuent plus facilement leur commission pour réaliser une vente supplémentaire. Autre astuce, venez plutôt en concession en semaine, en période creuse. Le week-end, le vendeur est davantage assailli de clients et vous aurez plus de difficultés à négocier. L’été peut aussi se révéler comme un bon moment pour négocier car les clients, vacances obligent, sont plus rares.

J.C.