Valeur de revente : ne pas y penser trop tard !

Valeur de revente : ne pas y penser trop tard !
La valeur résiduelle d’une voiture est un argument de poids, lorsque vous faites l’acquisition d’un véhicule… Un surinvestissement, d’entrée de jeu, un peu plus élevé, peut vous rapporter largement votre mise au moment de la revente !

On ne se préoccupe pas toujours de la valeur résiduelle ou valeur de rachat (ou encore valeur de revente) de la voiture qu’on est sur le point d’acquérir. C’est une énorme erreur. Cette valeur à la revente revêt d’un enjeu primordial, excepté si vous ne comptez tout simplement pas revendre votre voiture et en faire une compagne pour la vie.

Négocier le prix d’achat de votre véhicule n’a que peu d’intérêt si celle-ci voit sa cote fondre comme neige au soleil dans les deux ou trois premières années d’usage…

Évaluer la valeur résiduelle de votre voiture

02_grandezza_620x300

La valeur résiduelle est l’estimation de la valeur à la revente du véhicule sur le marché de l’occasion. La valeur résiduelle est déterminée en fonction de plusieurs critères  :

1. La marque du véhicule : Il est de notoriété publique que les Allemandes vieillissent mieux et gardent une bonne valeur dans le temps. Une assertion qui, aujourd’hui, si elle n’est plus le seul apanage des constructeurs teutons, continue à se vérifier sur le marché.  Ces derniers temps, les voitures ayant perdu le moins de valeur en une année révolue furent… japonaises. La précision des mécaniques, la qualité après vente en font des marques très courues en occasion.

2. Le modèle : la réputation, la fiabilité, la finition, la motorisation, la période de remplacement de la gamme sont tous les facteurs qui vont avoir une influence sur votre prix de vente. Évidemment, le haut de gamme et le luxe se déprécient moins.

3. L’équipement et les options : aides à la conduite, phares au xénon, toit ouvrant, peinture métallisée, climatisation, intérieur cuir, navigation intégrée… Les équipements rares ou premium vont aussi garder de la valeur, et contribuer au maintien de la cote de votre automobile.

Comment optimiser cette somme

Une voiture de fumeur imbibée d’odeur de tabac vaudra toujours moins cher qu’un modèle équivalent sans désagrément olfactif. Dans les carnets spécialisés (Red Book/Black Book), la valeur d’un tel véhicule pourra s’en ressentir. Même la couleur d’une voiture influe sur sa valeur de revente : une berline Mercedes jaune sera plus difficile à revendre qu’une équivalente noire ou gris métal… La réputation d’un constructeur a aussi un effet direct sur la valeur de reprise de ses produits.

Autre point absolument crucial : en automobile, ce qui coûte le plus cher, c’est la carosserie ! Un toit criblé d’impacts, une aile rayée, deux jantes complètement griffées ? Pour un repreneur professionnel, c’est un obstacle plus important que des disques de freins à changer ou un embrayage à refaire… Chouchoutez donc votre carlingue !

J.C.

Nos conseils :

La valeur résiduelle de votre voiture joue un rôle important en fonction de sa durée de vie entre vos mains. SI vous désirez la garder longtemps, nul besoin de prendre en compte la valeur de rachat lors de l’acquisition du véhicule. En revanche, si vous changez de voiture dès que celle-ci est déduite fiscalement, la valeur de revente revêt une importance capitale. Prenez soin de votre voiture si vous désirez récupérer une partie de votre mise. Une voiture avec une valeur résiduelle élevée perdra d’autant plus si elle est en mauvais état lors de la vente. Évitez les excentricités, (peinture fluo, jante en plaqué or), cela nuira à la demande donc au prix.